CAREP

Centre Académique de Ressources pour l'éducation prioritaire

Projet Médicis

10 / 11 / 2015 | Fabien AUDY | Anne-Sabine SABATER


Les émeutes de 2005, qui ont fait du territoire de Clichy-Montfermeil l’épicentre d’un mouvement inédit de révolte sociale, ont rendu manifestes sa relégation « à l’extérieur », son isolement et son exclusion de l’équité territoriale.
Pourtant : Clichy-Montfermeil, ce sont 80 nationalités et cultures : autant dire un territoire-monde, l’Île-de-France concentrée dans un territoire de 50 000 habitants.


Le journaliste directeur de la rédaction en français de Radio-France Internationale, Jérôme Bouvier et Claude Dilain, alors maire de Clichy-sous-Bois, ont, après 2005, souhaité porter auprès du Ministre de la Culture et de la Communication de l’époque, Frédéric Mitterrand, un grand projet culturel de réhabilitation du territoire, un projet de « contre-rumeur ».
Quelques années plus tard, Fleur Pellerin, actuelle ministre, a repris et donné une ampleur nouvelle au projet initial : ce sera désormais le projet Médicis Clichy-Montfermeil.
Parmi les parties prenantes figurent aujourd’hui les villes de Clichy-sous-Bois et Montfermeil, la communauté d’agglomération, les préfectures d’Ile-de-France et de Seine Saint-Denis et la Société du Grand-Paris.


En référence à la Villa Médicis de Rome, qui accueille des artistes et créateurs français en résidence sur les hauteurs de la ville éternelle, le projet Médicis-Clichy Montfermeil prévoit aussi des résidences d’artistes (entre quinze et trente par an).
Mais le projet francilien veut se distinguer de sa source d’inspiration par la volonté d’une articulation forte et revendiquée à son temps et à son territoire.
C’est pourquoi il prévoit que les résidences d’artistes soient complétées par d’autres dispositions : un foyer d’élèves post-diplôme (5 à 6) associés aux artistes d’abord, des résidences d’entreprises émergentes, partageant les questionnements des artistes ensuite. Sont également prévues des résidences de chercheurs (un appel par année autour de 4 à 5 thèmes), et enfin, le Campus Médicis, qui sera chargé du déploiement des actions d’éducation artistique dans l’ensemble des établissements scolaires.


Ce projet artistique et culturel, appelé à être un lieu de relation et de partenariat forts avec les grands établissements publics franciliens, ne pourra trouver sa pleine et entière réalisation, nationale et internationale, qu’adossé au projet de mobilité du Grand Paris ; et c’est là que réside la force motrice du projet dans son ensemble.
Clichy-Montfermeil est aujourd’hui inaccessible aux franciliens : alors que l’on se trouve à douze kilomètres de Paris à vol d’oiseau, il faut une heure et demie, voire deux heures, pour rejoindre le centre de Paris en transport en commun. Avec la mise en œuvre du Grand Paris Express, un métro automatique qui, à quelques encablures du périphérique fera le tour de l’Ile-de-France, les frontières franciliennes s’étendront et relieront près de dix à douze millions de personnes.
Cette révolution des mobilités va transformer la vie des citoyens en profondeur et placer Clichy-Montfermeil au cœur de la future construction métropolitaine.
L’ensemble ne sera achevé qu’en 2023 et les années à venir sont des années de chantier et de travail.


Pour y parvenir, c’est le « projet Médicis avant les murs » qui sera déployé dès l’année prochaine.
Il prévoit un premier temps fort d’abord, avec la démolition de la Tour Utrillo, peu adaptée aux perspectives d’organisation, puis dès l’an prochain, la construction d’une structure éphémère et première. Le « projet Médicis avant les murs » sollicitera alors l’ensemble des protagonistes, chercheurs, équipes artistiques et équipes de médiation, pour inventer, avec le public, le territoire de demain.
Olivier Meneux, directeur du projet, se félicite de cette construction participative : « Ce territoire se réinvente. Convier des artistes à ce moment de la mise en récit d’un territoire par lui-même et de sa transformation profonde constitue une aventure passionnante, il faut gager que cette présence constituera un catalyseur et participera de la mise en mouvement de la Cité aux côtés de l’ensemble des acteurs qui contribuent à la vie de ce territoire. »


 

 

Sites Favoris

- OZP - Observatoire des Zones Prioritaires

L’association « Observatoire des Zones Prioritaires » (OZP), créée en 1990, a pour objectif de favoriser les échanges et la réflexion sur l’éducation prioritaire et plus largement sur la lutte contre l’échec scolaire et l’exclusion dans les territoires de la politique de la Ville.

Centre Alain Savary - Education prioritaire - ifé

Le centre de recherche Alain Savary sur l’éducation prioritaire fait partie de l’institut français de l’éducation, composante de l’ENS de Lyon.

Éducation prioritaire

Le site de référence sur les problématiques de l’éducation prioritaire.

La nouvelle éducation prioritaire - La refondation de l’éducation prioritaire - Éduscol

Rubrique dédiée à la refondation de l’éducation prioritaire sur le site "Eduscol"